Dimanche 30 septembre à 16 h à la cathédrale de Meaux, pour clôturer sa saison 42e saison musicale, l’association Valéran-de-Héman propose un concert tout à fait exceptionnel, avec un duo grand orgue et voix, sur le thème “De la guerre à la paix”.

À la tribune, l’organiste allemand Stefan Kagl accompagnera la remarquable voix du haute-contre hongroise, József Opicz. Un concert exceptionnel à ne pas manquer.

Dimanche 30 septembre
À 16 h à la cathédrale de Meaux
Entrée libre.

Au programme :

Orgue seul

  • Herbert Howells (1992-1983)
    Rhapsody Op. 17, n°3 en do dièse (1918)
    Composée lors d’un raid aérien dans la Première Guerre mondiale

Orgue et voix

  • Pelham Humfrey (1647-1674)
    “A Hymne To God The Father”
  • Jean-Sébastien Bach (1685-1750)
    Aria “Vergnügte Ruh, beliebte Seelenlust”
    Extrait de la Cantate BWV 170
  • Peter Cornelius (1824-1874)
    “Vater unser, der du bist im Himmel”

Orgue seul

  • Louis Vierne (1870-1937)
    “Prélude” (1914)

Orgue et voix

  • Antonín Dvořák (1841-1904)
    “Gott ist mein Hirte”
    “An den Wassern zu Babylon”
  • Max Reger (1873-1916)
    “Ich sehe dich in tausend Bildern”
    “Meine Seele ist still zu Gott”

Orgue seul

  • Jean Langlais (1907-1991)
    “Chant de paix”
    “Chant héroique”
    Extrait des “Neuf pièces” (1942/1943)

Orgue et voix

  • Lili Boulanger (1893-1918)
    “Dans l’immense tristesse”
  • Roger Quilter (1877-1953)
    “By A Fountainside”

Orgue seul

  • Naji Hakim
    “Aalaiki’ssalaam” (la paix soit avec toi – 1955)
    (Variations sur un thème libanais, composé à l’occasion de la guerre du Liban à l’été 2006

 

Stefan Kagl, organiste

Stefan Kagl a étudié sous la direction du professeur Klemens Schnorr au Conservatoire National Supérieur de Musique (Staatl. Hochschule für Musik) de Munich, ville dont il est natif.

Il a également fréquenté la Schola cantorum de Paris ainsi que le Conservatoire national supérieur de Paris (CNR), notamment pendant six ans sous la direction de Jean Langlais et de son épouse Marie-Louise Langlais.

Il a terminé ses études à Munich par l’examen final de musique sacrée et le diplôme d’Etat artistique, section principale Orgue.

Au CNR de Paris, il a obtenu le Prix de virtuosité (mention très bien), le Premier prix d’orgue et le Prix d’excellence.  Il a aussi obtenu le Premier prix au Concours international César Franck à Haarlem (Pays-Bas) en 1991.

Il donne de nombreux concerts en Allemagne ainsi qu’à l’étranger et a joué  pour la première fois en public quelques compositions de son professeur Jean Langlais.

Après Bad Kissingen et Rudolstadt, il est depuis 2002 organiste titulaire de la cathédrale de Herford.

Il est directeur artistique de l’Herforder Orgelsommer, l’un des plus grands festivals internationaux d’orgue en Allemagne, et enseigne l’orgue et l’improvisation au Conservatoire supérieur de musique sacrée (Hochschule für Kirchenmusik) à Herford.

Il a à son actif un grand nombre d’enregistrements de CDs, de publications, d’émissions radiophoniques et de conférences.

József Opicz, haute-contre


De nationalité hongroise, József Opicz a étudié la musique d’église et la pédagogie de la musique à Budapest.
Il a ensuite débuté un cursus de musique d’église à Herford (où il réside actuellement) auprès de Stefan Kagl et Christiane Michel-Ostertun.

Parallèlement, il a étudié la conduite de chœur auprès de Hildebrand Haake ainsi que le chant auprès de Heidrun Luchterhand.

Il a participé à de nombreuses masterclasses, entre autres auprès de Nicholas Clapton (RAM London, contreténor) et il a pris des cours de chant auprès de Rajk à Budapest.

Outre cette activité principale de chanteur et organiste, il enseigne l’harmonium, le chant liturgique, l’orgue liturgique et la science de l’orgue à l’Institut des organistes à Fot en Hongrie.
Jozsef Opicz chante régulièrement comme soliste avec divers ensembles vocaux : “Corvina Consort”, “Voces Aequales”, “Cantoratus Budapestiensis”, “Stella”, “Budapest Bach Consort and Choir”, le chœur d’hommes St Efrem et “Musique à lunettes”.

Depuis 2011, József Opicz s’est produit dans des œuvres majeures comme “Les Israélites dans le désert” de Carl Philipp Emmanuel Bach, “Le Messie” de Haendel, “Les psaumes et motets hébraïques” de Salomone Rossi, ou encore “La passion selon Saint Jean” de Jean Sébastien Bach, mais aussi dans des œuvres vocales de la Renaissance et de l’époque baroque avec l’ensemble A.N.S.