Pour marquer la commémoration des huit cents ans de présence d’un orgue à Meaux (1221-2021), l’association Valéran-de-Héman (Les Amis des orgues de Meaux), qui a conduit il y a plus de quarante ans la reconstruction du majestueux instrument de tribune datant de 1627, s’est lancée aujourd’hui un nouveau défi avec la construction d’un orgue neuf (le 6e de Meaux). Ce nouvel orgue du facteur Delhumeau, comprenant 25 jeux et 1 426 tuyaux sur 2 claviers et pédalier, sera le complément des grandes orgues de la cathédrale puisqu’adapté à la musique baroque (JS. Bach). Il sera installé au sein de la salle basse du Musée Bossuet, dans la cité épiscopale, au courant du mois de juin.

Pour compléter les fonds nécessaires à cette construction, une opération de collecte de dons appelée “Novorgameaux” est lancée.

Tous les mélomanes souhaitant soutenir cette action, sont invités à participer à cette souscription.

Les dons sont déductibles des impôts pour les donateurs français (à 66 % pour les particuliers et à 60 % pour les entreprises) et de nombreuses contreparties seront offertes selon le montant versé : cadeaux gastronomiques, culturels et gravure du patronyme du donateur sur un tuyau du nouvel orgue, ainsi le donateur sera reconnu comme mécène durant des siècles.

 

Les objectifs

L’orgue a été inventé par Ctésibios, un ingénieur, au IVe siècle avant Jésus-Christ en Égypte. Il passe à Constantinople avant d’arriver à la cour de Pépin le Bref en 757.  Après des siècles d’usage profane, il entre peu à peu dans l’église pour soutenir le chant ; il va s’y implanter et son rôle deviendra au fil des siècles exclusivement liturgique. Au milieu du XIXe siècle, apparaissent les concerts d’orgue, et l’orgue symphonique naît.

L’orgue a donc été en perpétuelle mutation ; chaque époque a produit les instruments dont elle avait besoin pour sa musique. Aujourd’hui, l’orgue doit accompagner l’évolution de la société où le temps des loisirs croît régulièrement ; il peut retrouver sa vocation première d’orgue profane et être entendu par tous.
Le sortir des nefs permettra d’élargir son répertoire et multipliera les auditeurs.

Faire de la musique.

Apprécier l’orgue.

L’orgue d’aujourd’hui pour tous

 

L’environnement culturel

Un nouvel orgue restera certainement plusieurs siècles en place, dans un lieu, dans sa ville, dans sa région. Des impératifs doivent donc être pris en compte pour son implantation et pour son style.

Meaux est un pôle culturel :

  • avec Jacques-Bénigne Bossuet, illustre orateur et théologien, évêque de Meaux de 1681 à 1704,
  • avec Sébastien de Brossard, musicien, chef de chœur, bibliophile,
  • avec Valéran de Héman, facteur d’orgue qui, dès 1627, construisit le bel orgue de la cathédrale. Cet instrument est aujourd’hui de style moderne. Il est peu adapté à la musique baroque allemande (J-S. Bach) très appréciée par le public.

De plus, à l’Est de Paris, on trouve de nombreux instruments de style français. Ils sont plus adaptés à la musique française classique ou symphonique.

Un manque se fait donc sentir : un orgue polyphonique pour la musique baroque allemande.

Jacques-Bénigne Bossuet, évêque de Meaux (1627-1704)

Le grand Orgue de la cathédrale Saint-Etienne

Sébastien de Brossard, prêtre, théoricien de la musique, compositeur, mort en 1730 à Meaux

Faire rayonner la musique et l’orgue avec authenticité

 

Des choix décisifs : style baroque dans un lieu chargé d’histoire

Le nouvel orgue sera donc de style allemand baroque, c’est-à-dire polyphonique mais ouvert sur d’autres esthétiques. Il sera complémentaire du grand instrument moderne de la cathédrale de Meaux.

Il sera implanté dans un lieu profane, dans l’ancien palais épiscopal, le Musée Bossuet (musée d’Art et d’Histoire), construit au milieu du XIIe siècle, puis réaménagé au XVIIIe. Il est agrémenté d’un beau jardin à la Française au XVIIe siècle.

Ainsi, dans ce lieu idéal alliant harmonieusement l’art médiéval et la Renaissance, le répertoire de l’orgue et son auditoire seront diversifiés et l’organiste sera vu du public. Ce sera un orgue accessible à tous.

Le buffet choisi est inspiré des buffets d’Allemagne moyenne du XVIIIe siècle. Il y a ainsi concordance logique entre le buffet et le style sonore de l’instrument.

Sa composition est inspirée des deux instruments dont jouissait J-S. Bach à Weimar : au Château (25 jeux), à la paroisse (24 jeux). C’est là qu’il a composé ses plus grandes œuvres pour orgue.

L’orgue nouveau de Meaux comportera 25 jeux et 1 426 tuyaux sur 2 claviers manuels et pédalier.

Musée Bossuet, cité épiscopale (vue du jardin) © IF.

© Ville de Meaux – Musée Bossuet, salle basse occidentale (vue d’ensemble depuis l’Est).

Consacrer son impôt à des projets innovants,

c’est œuvrer pour l’avenir, l’art et la culture

 

La construction de l’instrument

La construction de l’orgue a  été lancée en mai 2020 en atelier, et il sera installé à Meaux en juin 2022, après plus de deux années de travail. Des milliers d’heures ont été nécessaires pour mener cette réalisation à bien. De nombreux artisans d’art y ont œuvré dans des disciplines spécifiques (dessin, mécanique, tuyauterie, sculpture, peinture, dorure, harmonisation).

Le facteur d’orgue est François Delhumeau implanté à Fontenay–le-Comte (Vendée), L’orgue de Meaux est le 70e qu’il construit. La majorité de ses instruments ont été réalisés en France, pour d’autres ce fut jusqu’en Californie, Nouvelle Zélande, Espagne, Autriche. Une partie des orgues réalisées compte au dessous de 10 jeux (orgues coffre, orgues de salon), les plus importants regroupent plus de 20 jeux (Pontaumur, Limoges, Hasselbourg, Bruay en Artois). Avec Royat et ses 25 jeux, Meaux sera le plus important de ce facteur.

L’harmoniste est Jean-Marie Tricoteaux (c’est lui qui fait chanter les tuyaux). Il a collaboré avec les facteurs les plus réputés en France (Fossaert, Cattiaux, Aubertin, Blumenroeder), en Suisse (Felsberg), en Belgique (Thomas), en Espagne (Desmottes). C’est également un organiste réputé.

L’inauguration aura lieu les 16, 17, 18 septembre 2022, à l’occasion des Journées européennes du patrimoine.

Le facteur d’orgue est d’abord un menuisier.

La sculpture pour la décoration des ailes.

Collage de la corniche.

De nombreuses heures de travail minutieux.

Le clavier commande tout un système de vergettes permettant l’entrée du vent dans les tuyaux.

Alignement des tuyaux avant leur disposition sur le sommier (réservoir du vent).

La structure du buffet mesure six mètres de haut et quatre mètres de large.

Les gros tuyaux de pédale sont disposés dans la tourelle de droite.

Une réalisation qui crée des milliers d’heures d’emploi pour des métiers d’art

 

Un projet culturel complet


La construction d’un orgue n’est pas une fin en soi. Le but est de faire vivre l’instrument grâce à un projet culturel multiple destiné à un public varié.

Sur cet instrument, sont d’ores et déjà prévus des “programmes cinq étoiles” : interprétation, improvisation, transcriptions, composition, formation. 

Cet orgue sera évidemment l’instrument de la classe d’orgue du Conservatoire de Meaux.

De nombreuses activités se feront en partenariat avec les acteurs culturels de la Ville : Musée Bossuet, Cathédrale, Conservatoire, Office de Tourisme, Ciné-club, Théâtre Luxembourg…

Ce projet a pour ambition de faire de Meaux le pôle de l’orgue de l’Est parisien.

Faire de Meaux le pôle de l’orgue de l’Est parisien

 

Les jeux restant à financer

La structure d’ensemble de l’orgue a été conçue pour recevoir 25 jeux. Actuellement seule la tuyauterie de 19 jeux est financée.

Il reste donc à financer les éléments suivants pour un montant total de 35 000 € :

  • Au Brustwerk (2e clavier) : Jeu de Quintaden, jeu de Scharff III, jeu  de Quinta 1 1/3.
  • À l’Hauptwerk (1er clavier) : Jeu de Spitzflöte, jeu du Quinta 3’, jeu d’Oktava 2.
  • Décoration : Jouées latérales.
  • Accessoire : Zimbelstern.

Un objectif minimum de dons est souhaité, 5 000 €, et deux autres paliers sont fixés :

  • Palier 1 : 5 000 € qui nous permettront de financer le jeu de Quintaden.
  • Palier 2 : 10 000 € qui nous permettront de financer le jeu de Scharff et jeu de Quinta.
  • Palier 3 : 20 000 € qui nous permettront de financer les jeux Spitzflöte, Quinta 3, Oktava 2, la décoration (jouées latérales) ainsi que l’accessoire Zimbelstern.

Au sommet du buffet, il est prévu d’ajouter un accessoire, appelé “Zimbelstern” (étoile cymbale tournante).

À l’intérieur, un jeu de clochettes.

Avec Novorgameaux, soyez mécène pour la postérité

 

Comment contribuer

Vous pouvez soutenir l’achèvement de cette réalisation :

Association Valéran de Héman
IBAN : FR76 1870 6000 0097 5529 6191 293
BIC: AGRIFRPP887

    • Pour les donateurs français seulement, en envoyant un chèque, au dos duquel vous ferez figurer votre adresse électronique, libellé à l’ordre “Valéran Novorgameaux”, et expédié à l’adresse suivante : 

Association Valéran-de-Héman :
6 bis avenue de la République
77100 Meaux.

Novorgameaux : pour allier fiscalité et générosité

 

Déduction fiscale

L’association Valéran-de-Héman étant reconnue d’intérêt général, les dons sont défiscalisables pour les donateurs français.

Votre don est défiscalisable dès lors qu’il remplit les conditions générales prévues aux articles 200 et 237 bis du code général des impôts. À la fin de la collecte, vous recevrez un reçu fiscal vous permettant une réduction de votre impôt :

Particuliers :
Réduction de l’impôt sur le revenu égale à 66 % des sommes versées, dans la limite annuelle de 20 % du revenu imposable (art. 200 du CGI). Si le plafond de 20 % des revenus est dépassé, le bénéfice de la réduction peut être reporté sur les années suivantes.

Entreprises :
La réduction d’impôt est égale :

  • A 60 % du montant du don effectué en numéraire, en compétence ou en nature jusque 2 000 000 € de dons annuels.
  • À 40 % du montant du don effectué en numéraire, en compétence ou en nature au-delà de 2 000 000 € de dons annuels (sauf exceptions).

Le plafond annuel des dons ouvrant droit à l’avantage fiscal est de 20 000 €, ou de 0,5 % du chiffre d’affaires (HT) lorsque ce montant est plus élevé.
En cas de dépassement de ce plafond, il est possible de reporter l’excédent de réduction d’impôt au titre des cinq exercices suivants.

Consacrer son impôt à des réalisations innovantes,
c’est choisir et savoir pour quoi l’on donne

Un don de 100 € permet de déduire 66 € sur vos impôts, il ne vous fait donc débourser que 33 €. En outre, il permet l’inscription de votre nom sur un tuyau du nouvel orgue et ainsi d’être reconnu(e) comme mécène durant plusieurs siècles.

La console : poste de commandement de l’organiste.

 

Contreparties

À retirer sur place ou contacter l’association.

Pour 10 € ou plus

Soit pour 10 €, un coût de 3,4 € pour le donateur après déduction fiscale.
– Nom du donateur inscrit sur le livre d’or et le site de l’association.

Pour 20 € ou plus

Soit pour 20 €, un coût de 6,8 € pour le donateur après déduction fiscale.
– Nom du donateur inscrit sur le livre d’or et le site de l’association.
+ Un marque-page attestation nominative de mécénat.

Pour 50 € ou plus

Soit pour 50 €, un coût pour le donateur de 17 €.
– Toutes les contreparties précédentes.
+Un CD éditions Hortus “Une inauguration d’orgue en 1900” ou similaire.

Pour 100 € ou plus

Soit pour 100 €, un coût pour le donateur de 34 € après déduction fiscale.
– Toutes les contreparties précédentes.
+ Nom du donateur gravé sur un tuyau de l’orgue neuf.

Pour 200 € ou plus

Soit pour 200 €, un coût de 68 € pour le donateur après déduction fiscale.
– Toutes les contreparties précédentes.
+ Deux visites de la cité épiscopale avec audition d’orgue.

Pour 500 € ou plus

Soit pour 500 €, un coût pour le donateur de 170 € après déduction fiscale.
– Toutes les contreparties précédentes.
+ 1 bouteille de champagne, 1 pot de moutarde de Meaux.

Pour 1000 € ou plus

Soit pour 1000 €, un coût pour le donateur de 340 € après déduction fiscale.
– Toutes les contreparties précédentes.
+ Visite privée des deux orgues principaux de Meaux avec illustrations sonores en famille (maximum 15 personnes).

Tout souscripteur recevra régulièrement des informations précises sur les travaux entrepris et sur les animations destinées à mettre l’orgue en valeur.

 

Ils nous soutiennent

 

Le comité d’honneur :

Gilles CANTAGREL (musicologue, écrivain, conférencier et enseignant), Anne FROIDEBISE (organiste, professeur d’orgue et vice-présidente de la Fédération Francophone des Amis de l’Orgue), Alain JOLY (pasteur, écrivain et musicologue), Olivier LATRY (organiste titulaire à Notre-Dame de Paris, professeur d’orgue, concertiste et improvisateur, vice-président de l’association Orgue-en-France), Eric LEBRUN (professeur d’orgue, organiste à Saint-Antoine des Quinze-Vingt et compositeur), Philippe LEFEBVRE (professeur d’orgue, organiste titulaire à Notre-Dame de Paris, improvisateur et concertiste, président de Orgue-en-France), Marie-Ange LEURENT (professeure d’orgue, organiste titulaire à Notre-Dame de Lorette à Paris et pédagogue), Jean-François ZYGEL (pianiste improvisateur, compositeur et professeur d’improvisation au piano).

Merci à tous les généreux donateurs. Ce magnifique orgue va enrichir le Musée Bossuet et le patrimoine de la Ville de Meaux. Il permettra à tous d’entendre l’orgue autrement. Merci.